Trajet en rickshaw du matin, Ahmedabad

Mon nouveau bureau se situe à 8 kilomètres de notre appartement, le réseau de bus n’étant pas très pratique pour ce trajet, je vais tous les jours en rickshaw au bureau. Les premiers jours j’avais toujours un sourire indécollable fixé sur le visage ! Je me disais que ça allait m’amuser la première semaine et que j’allais rapidement me lasser de ces 30 minutes de trajet quotidien. Verdict : hé bien non, bien au contraire, je vous raconte ! (les photos ne sont pas géniales car pris sur le vif avec le téléphone !).

J’ai eu de la chance car je rencontre mon rickshaw walla attitré dès la première semaine ! En hindi/gujarati, il suffit de rajouter walla à chaque nom commun pour en faire un métier, ainsi se côtoient les tchaï wallas (ceux qui tiennent les petits stands de thé), les dog wallas (ceux qui promènent les chiens des propriétaires trop occupés/feignants), les egg wallas (les livreurs d’oeufs), news paper wallas, et j’en passe.. ! Au milieu de cette profusion de métiers il y évidemment les rickshaw wallas : les conducteurs de rickshaw. Ranjou (c’est son prénom !) me propose donc de venir me chercher tous les matins à 9h25 (oui je commence à 10 h !), je paye le prix au compteur soit 80 INR (1,2 €): marché conclus !

Ranjou !

Ranjou !

IMG_4710« Mon » rickshaw a la grande classe : intérieur flambant neuf en plastique violet/rose, les affiches à l’intérieur sont un mélange de village suisse avec une indienne en sari un peu tendancieux et un paon qui se ballade. Sans aucun respect des perspectives on se retrouve ainsi avec un paon qui fait le double de l’église.. pourquoi pas ! Guirlande de cœur et de breloques pailletées, je me sens dans un univers qui me parle bien !

Si on part à l’heure, je retrouve des visages familiers sur les premiers cent mètres, un cann juice walla et sa famille (vous avez compris le principe), les parents transportent le pressoir monté sur roues qui sert à presser les cannes à sucre pour en extraire le jus, les touts petits enfants s’amusent sur la carriole/machine. Un papa sur une moto qui emmène ses filles à l’école, toujours nattées à la perfection. Un papi mythique : bombe de cheval en guise de casque, moustache blanche délirante, juché sur un deux roues antique avec sa femme dans le side car : imposante mama en sari toujours flamboyant, ils vont à deux à l’heure avec un air très sérieux. On se fait doubler de temps par des livreurs de lait à moto, complètement débordés par le nombre de leur contenant en fer ! Ici la plupart des foyers se font livrer le lait frais à la maison tous les matins, on a le choix entre du lait de vache moins cher et beaucoup plus sain ou du lait de Buffalo très riche et bon pour la santé des plus faibles (selon mes collègues !). Il est courant de croiser des rickshaw avec 7 ou 8 enfants entassés dans un joyeux bazar avec leur cartable et leurs lunchbox qui pouffent en me regardant à travers leurs mains lorsque l’on s’arrête côte à côte au carrefour.

Les carrefours, tout microsystème avec ses propres lois ! On oublie tout ce qui est feux rouges et passages piétons, c’est un policier qui fait la loi (quand il ne boit pas un tchai sur le côté en laissant encore plus joyeux bordel se mettre en place !), il indique tour à tour quelle artère peut s’élancer, sachant qu’il y en a toujours qui tentent de se faufiler quand il ne regarde pas et que tout le monde avance par dizaine de centimètres : personne n’est jamais vraiment à l’arrêt. Il est donc vraiment compliqué de traverser et il faut avoir le cœur bien accroché quand on voyage en deux roues sans casque of course !

P1060316P1060319

P1060320IMG_4724IMG_4773Peu de temps après le départ on longe un terrain vague, à droite des dizaines d’enfants jouent au cricket peu importe le temps qu’il fait, à gauche des dizaines de vaches. Des vendeurs d’herbes à vache sont là, moyennant quelques roupies on peut les nourrir, cela porte bonheur pour la journée.

IMG_4706IMG_3327

Vendeur de graines pour les offrandes aux pigeons

Vendeur de graines pour les offrandes aux pigeons

Si j’ai un peu de chance (comme ce matin), je croise un éléphant avec son cornac sur le cou, un dromadaire qui transporte une charrette avec des légumes à vendre, des singes qui mangent leurs chapatis, tout comme pour les vaches, donner à manger aux singes et aux chiens portent bonheur, les gens leur donnent souvent les restes de la veille.

IMG_3163Ici on ne colle pas d’affiches, on peint directement sur le mur les messages publicitaires ou les enseignes des magasins, des écoles, des hôpitaux.. Une longue palissade en est entièrement recouverte et je m’amuse tous les jours à essayer de trouver les quels ont été recouverts !

IMG_4713Cette palissade marque la fin de notre côté de la ville et l’entrée dans quartier très populaire où les maisons de bric et de broc sont complètement ouvertes sur la route : on y aperçoit les enfants qui se réveillent tranquillement, les mamans qui s’affairent à préparer le repas sur le bord la route, certaines sont déjà en train de nettoyer des habits à la main, le tout sur un fond de musique bollywood. Souvent j’ai le droit à des coucous enthousiastes dans ce quartier où j’imagine que les étrangers ne sont pas monnaie courante. Le bétail est de l’autre côté de la route, tous les matins je vois les mêmes petits veaux, qui ont bien grandis depuis mon premier voyage ! heureusement que les gens sont végétariens ça me ferait mal au cœur de les voir disparaitre un jour !

IMG_4731J’arrive enfin dans le quartier de mon bureau, très vivant, beaucoup de tchai wallas, et de snacks en tout genre, des marchands de glace à gogo, des cordonniers, des tailleurs, le tout sur le trottoir entre les saris ultra colorés, dans une ambiance ultra bruyante : klaxons, cris des conducteurs de bus pour annoncer la destination ou des vendeurs de snacks pour annoncer les prix, bruits des moteurs, aboiement des chiens, bruit des sabots des vaches sur le goudron.. Parfois je choisis d’écouter de la musique et j’ai l’impression d’être dans un film !

IMG_3251Bref je suis en Inde et c’est impossible de l’oublier !

Je suis une des premières à arriver, mon premier tchai de la journée m’attend sur le bureau, j’ouvre mon ordi et me dit que je suis vraiment chanceuse de pouvoir vivre tout ça !

Le soir je rentre souvent en scooter avec une de mes collègues, je fais le chemin inverse avec la lumière du soleil couchant qui embellit encore plus le trajet de l’aller. Je suis cependant un peu moins insouciante !

Publicités

3 réflexions sur “Trajet en rickshaw du matin, Ahmedabad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s