Audjo Ahmedabad !

Le voici enfin, le dernier article de ce blog, point d’orgue de notre année indienne ! Plus de 6 semaines après le retour en France : il était temps !

Bien qu’un peu redouté, ce retour se passe idéalement. On retrouve un environnement qu’on connait par cœur depuis 25 ans et nous n’étions partis que depuis un an, on se glisse donc avec aisance dans nos vies d’avant, reprenant tout là où on l’avait laissé : la famille, les amitiés, seuls les projets et l’état d’esprit ont un peu changés.

Alors évidemment la chaleur et le soleil indiens me manquent, mes collègues de l’ONG, les weekends ultra dépaysants, les chaï et les jelabis, les trajets en rickshaw, l’absence de pluie et de grisaille, les couleurs, les odeurs et les dieux des temples, l’organisation des fruits des petits vendeurs de rue, le bordel des marchés, le fait de croiser un éléphant ou dromadaire de temps à autre, les cours de boxe, l’accueil chaleureux des indiens, bon en fait quasiment tout me manque, même le bordel ambiant mais pas au point de regretter d’être rentrée ! Avec le temps on ne se souvient que du positif mais je n’oublie pas encore les difficultés de notre installation et les côtés un peu plus durs que l’Inde montre lorsque l’on creuse un peu.

Au-delà des milliers de photos, babioles à base d’éléphants ou autre bijoux rajasthanis on est rentre en France riches. Riches de nos rencontres, de nos échanges, de nos voyages et de l’observation du quotidien local.

  • Patience et sourires sont les clés pour obtenir quasiment tout en Inde, inutile de s’indigner contre des procédures manifestement inutiles, de râler, de s’emporter ! Pas facile à appliquer mais j’y travaille !
  • On revient plus sensibles à la cause environnementale qu’au départ, après un an à avoir vu les gens jeter tout et n’importe quoi dans la rue, par la fenêtre des bus, au milieu de lieux magnifiques, ça donne envie de montrer l’exemple !
  • En Inde ou au Bangladesh pas de sous entendus ou de subtilité ! il faut être franc pour se faire comprendre, une habitude plutôt à perdre ou atténuer je crois !
  • Je reviens avec une curiosité sur dimensionnée ! On se pose des questions sur tout et j’ai eu de la chance de découvrir des indiens qui ne demandaient qu’à partager leur culture, savoir faire, coutumes,… La discrétion et la vie privée sont également des notions abstraites, après avoir été un peu surprise au Bangladesh, en Inde moi aussi je demandais qui était marié, si c’est un mariage arrangé ou d’amour, combien d’enfants, la signification des prénoms, la religion, quel dieu était suivi si c’était l’hindouisme ! Une habitude qui ne choque pas du tout en Inde mais à modérer ici !
  • La tolérance a également été bien musclée ! au niveau sonore notamment, à la conduite plus qu’aléatoire, aux jugements un peu hâtifs sur les étrangers que nous étions ou sur les indiens de la part de certains copains expats. Essayer de comprendre avant de juger trop précipitamment.
  • Cette année en Inde m’aura également permis de créer ce blog, depuis le temps que je voulais écrire un peu mais sans trouver de sujets suffisamment inspirants.
  • L’expatriation dans une ville avec si peu d’étrangers nous a fait rencontrer des français en or, des gens que nous n’aurions pas eu l’occasion de rencontrer dans notre quotidien parisien ! c’est le seul avantage à vrai dire d’avoir aussi peu de bideshis dans sa ville d’accueil !

En relisant mes notes lors du voyage retour en avion, je rajoute que l’Inde est un pays qui incite au rêve. A force de vivre au quotidien dans un décor incroyable, tellement fascinant, photogénique, cela renforce notre imaginaire, le cultive et le renforce. Le dernier dimanche à Ahmedabad on se réveille au son des tambours, devant notre fenêtre : un éléphant multicolore ! Tout est possible et cela donne envie de réaliser les rêves les plus fous ! On ressent aussi comme une sorte de responsabilité : en tant que français nous avons une liberté folle par rapport aux familles pauvres ou jeunes indiens liés voire enchainés par le poids des traditions et à ce que leur a prévu leur famille. Nous nous devons de ne pas gâcher nos libertés et nos potentiels et d’en faire le maximum.

Le ralentissement du rythme indien nous a également permis de passer beaucoup de temps ensemble avec Johan et en ce qui me concerne avancer un peu sur la quête du job parfait, la route est encore longue mais chaque pas de fait et une petite victoire !

Johan reprend mi décembre chez Valéo à Paris et je suis à nouveau à la recherche d’un job à Paris ! Pour le moment je suis dans les Ardennes en train de réviser le code et Johan prépare son retour à Paris depuis Rennes.

Encore une super année qui vient de s’écouler, que du positif à la fin de cette année indienne !

Je vous remercie à tous de nous avoir lu, d’avoir commenté ou partagé certains de ces articles. C’est avec tristesse que je mets fin à cet espace où j’ai pris tant de plaisir à vous raconter notre quotidien !

Pour info vous avez été 1570 à venir visiter nos pages pour plus de 7000 vues ! Si la majorité des visiteurs sont français, nous avons les US en bonne place (salut Mélanie !), le Canada (Maryna ?!), Singapour, le Vietnam, la Réunion, la Russie, Grèce, Serbie, Comores, Mada, le Congo et j’en passe !

A vrai dire, cet article est en fait l’avant dernier ! Je ne résiste pas au plaisir d’une petite rétrospective 2015 à venir très bientôt !