Dzongri trek dans le Sikkim, Yuksom, aout 2015

C’est le grand jour : le départ pour Yuksom point de départ d’un trek de 3 jours ! Dès que l’on rentre dans l’état du Sikkim, les routes se dégradent considérablement, ce ne sont plus que d’étroits chemins de terres et de sables, jonchées de nid de poules. Heureusement le paysage est magnifique : ça compense !

La route nous fait beaucoup redescendre pour atteindre la frontière entre les deux états, nous longeons ensuite une rivière avant de remonter dans les montagnes pour atteindre Yuksom. C’est la saison basse et nous ne croiserons aucun touristes pendant toute la semaine (on comprendra vite pourquoi quand il sera l’heure de retirer les sangsues qui ont traversé chaussures et chaussettes !). Tout le long du trajet des drapeaux de prières bouddhistes nous accompagne, ils sont attachés partout sur les ponts, dans la nature, à l’entrée et la sortie des villes, cela donne une atmosphère très particulière aux paysages. On croise de nombreux écoliers au milieu de rien, très éloignés des villages, ils sont toujours adorables dans leurs uniformes très anglais à nous saluer sur le passage !

P1070141 P1070211 IMG_5949Après 10 heures de route, il est 17h30 quand nous atteignons Yuksom, petit village de 15 000 habitants, selon notre guide !

La visite du village est assez rapide, puisque cela consiste en une seule et unique très longue rue ! Je ne le sais pas encore mais je vais avoir le temps de le parcourir en long en large et en travers ! Nous nous abritons d’une belle averse dans un petit bouiboui où nous jouons aux cartes et découvrons le pain tibétain accompagné de fromage de yack. Nous rentrons à l’hôtel dans un noir d’encre, il n’y aura plus d’électricité jusqu’au lendemain, on va donc se coucher à la bougie !

P1070319Le lendemain matin, c’est le jour J, celui du départ du trek, celui dont on a tant parlé. Il fait super beau, après un déjeuner bien riche à base de porridge, tout le monde prend le départ d’un pas enthousiaste. Qui va vite se ralentir en ce qui me concerne, le niveau étant trop élevé pour moi. On utilise des chemins boisés, traverse des ponts suspendus, rempli nos bouteilles d’eau directement dans les torrents, s’arrête très régulièrement pour faire un point sangsues ! Il y en a partout, c’est impressionnant et un peu dégueu… A midi, c’est la pause, je suis un peu mal en point et déclare forfait, pour moi ce sera un aller retour rapide dans la montagne donc, je suis déçue et re descend toute cette satanée montée assez rapidement, ne voulant me retrouver en pleine nuit sur ces petits chemins de l’enfer !

Voici donc quelques photos prises par Sylvain pour les deux jours que j’ai manqué !

2015-08-11 09.53.10 P1070352 2015-08-13 07.32.05 IMG_20150813_075840 IMG_20150813_115435 2015-08-13 06.36.27 2015-08-11 18.03.02 P1070336 P1070334 P1070349IMG_5980

Publicités

Darjeeling, Bengale Occidental, Aout 2015

Quel long silence de notre part ! Mille excuses !

Nous sommes rentrés de vacances fin aout et j’ai mis un peu de temps à récupérer les photos de tout le monde et à les trier (en tout nous n’étions pas loin des 1 500 photos..!).

Commençons par Darjeeling, le point de départ de notre semaine dans le sikkim ! Voici une petite carte pour vous resituer le périple, le sikkim est cet état perché dans les montagnes, coincé entre le Népal, Bhoutan et le Bangladesh.

Screen Shot 2015-09-04 at 12.58.36 PM

Nous retrouvons toute l’équipe à Delhi, mon frère Sylvain ainsi que Julie et Pierre et c’est le grand départ pour Bagdogra, l’aéroport le plus proche de Darjeeling !

Une fois atterri nous retrouvons Santos notre guide pour ces presque 10 jours sur place, puis nous prenons la route pour Darjeeling. La route est magnifique et ne cesse de monter en lacet, on quitte le soleil de la plaine pour retrouver l’humidité, la fraicheur et le brouillard un peu fantomatique qui ne nous quittera pas de la semaine ! Avec Johan on est ravis de remettre des pulls (ça ne durera pas longtemps) et on profite de ce changement de climat et de paysages.

Les cimes des arbres disparaissent dans la brume, des petits villages super animés sortent de nulle part tout au long de la route, nous longeons l’ancienne ligne de chemin de fer, parfois le brouillard est tel que nous ne voyons pas à 10 mètres.

P1060975 - Copie

P1060908

Les distances sont relativement courtes mais ce sont des routes de montagnes mal entretenues, nous arrivons donc en début de soirée à Darjeeling.

Le lendemain lever à 3h du mat pour admirer le lever de soleil qui ne se montrera pas à cause du brouillard ! Commence ainsi la plus longue journée du monde ! Nous avons ensuite enchainé sur la visite du plus vieux monastère de la ville, un tour dans le marché local, au zoo pour voir les espèces qui vivent dans les montagnes environnantes, dégustations de momos et de thés, petit tour en train à vapeur.

Ici aucun rickshaw car les pentes sont trop raides pour leurs petits moteurs, la physionomie des gens est très différente, l’architecture coloniale est encore très présente : on ne se croirait pas en Inde ! L’accumulation des fils électriques en est peut être le seul indice !

P1070018 - Copie

P1070032 - Copie

P1070020 - Copie

P1070009 P1070007

P1070058 - CopieL’expérience du train à vapeur est vraiment géniale, on voit le technicien assis sur le tas de charbon qui envoie le combustible à son collègue, on assiste à un rechargement d’eau, les mécaniciens graissent les rouages de l’antique locomotive à chaque arrêt !

Comme souvent on peut voyager à la porte ouverte, le visage au vent (et aux bouts de charbon !), les gens nous saluent, on traverse le brouillard, on passe tellement prêt des maisons et des boutiques que l’on pourrait sans problème embarquer la marchandise ! Ceci dit avec une moyenne de 10km/h et un aperçu de comment son traités les voleurs locaux je ne m’y risquerais pas !

L’Inde propulse le tuning à un autre niveau !

En Inde tout se customise, TOUT ! Ainsi tous les intérieurs de rickshaws sont décorés d’images toutes plus kitsh les unes que les autres ! C’est un jeu de les prendre en photos quand j’en ai l’occasion : on n’est jamais déçus. Ci dessous une petite sélection avec en bonus la moto tigre violet d’Udaipur et la Royal Enfield de Diu !

IMG_5055 IMG_4893 IMG_4707 IMG_4833 IMG_5063 IMG_5101

IMG_4544IMG_5027

Weekend à Delhi avec Stéphane, Juin 2015

On a été un peu moins présents sur le blog récemment, il faut dire que nous avons passés les derniers weekends bien au frais dans notre appartement plutôt que de vadrouiller à droite à gauche ! Les températures sont de 45 degrés dans l’après midi, il devient donc difficile d’apprécier les visites dans ces conditions.

Nous avons toutefois repris la route ce weekend pour aller rejoindre mon oncle à Delhi et nous partons fin de semaine en Thaïlande !

Nous rentrons ravis de ce weekend à la capitale, d’autant plus que notre première impression de la ville à notre retour du Ladakh l’année dernière ne nous en avait pas laissé un souvenir impérissable. C’est d’ailleurs amusant de mesurer à quel point nous sommes beaucoup plus à l’aise que l’année dernière !

Au programme de ce weekend des mausolées, mosquées, temple sikh, chouettes restos, rickshaws à gogo ! Voici les photos :

photo 1P1060576 P1060592 P1060652 P1060649 P1060609 P1060656 P1060606 P1060671 P1060659 P1060696 P1060697 P1060681 P1060680 P1060713 P1060706 P1060708

Jodhpur & Diu, Mai 2015

Quelques photos de ce deux derniers weekends bien fatigants mais qui permettent de prendre l’air !

Il y a une semaine nous étions à Jodhpur, j’y étais déjà allé avec mes parents en février, voir article ici, mais Johan avait vraiment envie de visiter le fort. Nous avions choisi une guesthouse assez éloignée de la vielle ville, avec un jardin, parfait pour boire l’apéro, jouer aux cartes, voyez plutôt :

P1060429P1060423Sinon les rues de la ville sont toujours aussi bleues et photogéniques :P1060456Nous revenons tout juste de Diu : une petite presqu’île au sud du Gujarat et ancienne enclave portugaise. Ce territoire n’appartient pas au Gujarat et l’alcool est donc non seulement toléré mais détaxé. Nous sommes un peu mitigés sur la destination : pas de bus climatisés pour s’y rendre, étant donné les dernières chaleurs et l’état des routes nous avons passés des nuits vraiment horribles, on a eu l’impression d’être des animaux dans un zoo tant on s’est fait prendre en photos, observer, montrer du doigt (pas de baignades pour moi, donc) étant hors saison quelques bonnes adresses étaient fermées. Du côté positif, il faisait beau, la bière était fraiche, les garçons ont pu se baigner, le fort est fort fort mignon, le phare et les églises également !P1060509 P1060499 P1060515 P1060520 P1060554 P1060533 P1060553 photo 4 photo 3On a fait quelques photos de groupe :P1060528Mais on a manqué cruellement d’imagination et de style par rapport aux Indiens !P1060531 photo 2

Ellora caves, Maharshtra, Mai 2015

Ce weekend nous avons pris notre patience à deux mains et avons signé pour 28 heures de bus aller retour pour aller visiter les grottes d’Ellora au sud de Bombay (pour 600 km, cherchez l’erreur.. !).

Évidement les 28 heures se sont transformées en 34/35 heures, mais étant donné nos gouts de luxes en matière de choix de bus : Volvo, sleeper avec climatisation, l’attente passe plutôt bien ! Nous voyageons dans une couchette double, isolée du reste du bus par des rideaux, avec fenêtre et clim (qui marche de façon plutôt aléatoire selon l’âge du bus). Cette qualité de transport est plutôt indispensable quand on rentre le lundi matin et qu’on veut faire autre chose que faire la sieste au travail !

Et lorsque l’on voyage de jour, cela équivaut à visiter la campagne indienne confortablement allongé au frais : que demander de plus ?!

photo 22 photo 33

Départ à 17h d’Ahmedabad, nous arrivons vers 9h30 à Ellora un peu fatigués. Le collègue de Johan nous avait prévenu : you will burn like chikens, jamais une phrase n’a été autant vérifiée ! Il a donc fait très très chaud, et la fraicheur des grottes était plus que bienvenue.

Le site d’Ellora, inscrit au patrimoine de l’Unesco, est vraiment singulier car ce ne sont pas de véritables grottes : toutes les structures (34) ont été excavées d’une falaise entre le 6 et 7ème siècle. Qui plus est : ces grottes sont des temples où cohabitent les religions hindoue, jaïn et bouddhique.

La plus impressionnante est hindoue et est située juste en face de l’entrée, évitez de la visiter en premier, les autres semblent un peu petites après. Johan a eu la bonne idée de monter sur le sur plomb et la vue du dessus vaut vraiment la peine, comme vous : je me contente des photos !

Les autres grottes sont plus petites et moins riches, mais c’est vraiment agréable de s’y promener. Nous y avons passé la journée sans voir le temps passer ! Bien qu’il faille avouer que plus la journée avançait, plus nous enchainions les caves rapidement…

P1060400

Éléphant un peu étrange

Éléphant un peu étrange

Vue du dessus !

Vue du dessus !

P1060346 P1060334 P1060332

Vue du côté Bouddhiste

Vue du côté Bouddhiste

La deuxième plus jolie grotte !

La deuxième plus jolie grotte !

Le lendemain nous avons profité d’un sympathique petit dej dans notre hôtel en pleine verdure, avant d’aller rapidement visiter le taj du pauvre à Aurangabad et d’aller prendre notre bus. Pas vraiment le temps d’aller visiter l’autre grande attraction de la région : les cave d’Ajanta, ce sera pour la prochaine fois !

photo 44 P1060422

Pushkar, Rajasthan, Avril 2015

Après s’être reposés un peu à Ahmedabad suite à ces 3 semaines de voyage, nous reprenons à nouveau notre sac à dos direction .. le Rajasthan ! Pour changer ! Nous profitons de notre proximité avec cet état magnifique pour y passer quelques weekends. C’est également l’occasion de découvrir la région hors saison touristique et on apprécie ! Il y a toujours quelques touristes mais rien à voir avec l’affluence de février et le climat est encore très agréable !

Nous étions donc à Udaipur début avril avec un groupe d’amis, au programme : shopping, bons restos, petits déjs au soleil, sieste, apéros en rooftop, piscine.. Etant donné que nous avions visité les lieux touristiques la dernière fois (voir ici) nous avons pu profiter de la dolce vita version tchai et masala ! (j’ai d’ailleurs mis à jour la blogroll voyage avec nos bonnes adresses).

IMG_4545Nous avons visé plus loin le weekend dernier en prenant un bus de 12h pour Pushkar, ville célèbre pour son lac sacré, ses gaths et sa foire aux chameaux (en novembre). Nous avions de bons échos mais en lisant nos guides nous nous demandions bien ce qu’on pourrait y faire tant les lieux à visiter semblaient réduits. Mais l’ambiance de Pushkar, véritablement prenante, a balayé tous ces doutes et nous y serions bien restés plus longtemps !

Cette petite ville très spirituelle est lovée autour de son lac sacré, où de nombreux hindous viennent y faire leurs ablutions après être allé se recueillir dans l’unique temple en Inde dédié à Brahma. L’origine de ce caractère sacré se trouve dans les textes anciens du « Padma Purana » qui raconte comment Brahmâ tua un démon, lâchant les trois pétales de lotus qu’il tenait dans ses mains. Cet événement donna son nom à la ville puisque « pusph » signifie fleur et « kar » signifie main. A l’endroit où les trois pétales sont tombés par terre ont surgis trois lacs dont les eaux furent considérées sacrées. Différentes légendes existent à ce sujet, mais ce qu’il faut retenir ce sont les pétales de lotus, présentes dans toutes les versions !

On commence à comprendre pourquoi c’est la seule ville de l’Inde où se trouve un temple dédié à Brahma mais en fait la légende continue. Après l’apparition des lacs, Brahmâ décida d’organiser un sacrifice religieux et convoqua tous les dieux sur les rives du lac de Pushkar pour y assister. Le rituel exigeait la présence de son épouse Sarasvati qui ne se présenta pas à temps pour la cérémonie. Brahmâ ne pouvait plus attendre mais devait être absolument accompagné d’une femme pour effectuer les rites sacrés. Pour pouvoir commencer le rituel il épousa sur place la belle Gayatri, une bergère, fille de nomade qui menait ses troupeaux sur la colline. Folle de rage et de jalousie, Sarasvatî maudit son époux en lui prédisant qu’il serait un dieu oublié à l’exception de Pushkar et que les hommes ne le vénéreraient qu’au seul temple de Pushkar.

Mes collègues m’expliquent, avec le sourire, que devant une telle immaturité des dieux qui passent leur temps à se battre/répudier/s’épouser/se tromper il ne faut pas s’étonner que les hommes ne soient pas parfaits #lucidité.

J’ai fait les mêmes photos que tout touriste qui se respecte mais je vous les mets quand même histoire de donner un petit aperçu ! Les photos ne retranscrivent malheureusement pas cette ambiance vraiment particulière : les hindous qui s’immergent dans l’eau sacrée (qui sert également d’abreuvoir aux singes, chiens et vaches), les tambours et les chants des temples qui bordent tout le tour du lac, les montagnes aux alentours, les offrandes aux vaches/pigeons/singes/chiens, les vaches qui déambulent tranquillement au milieu des femmes en saris magnifiques et des hommes aux turbans très colorés, le soleil couchant qui réchauffent cette multitude de couleurs, les envolées des oiseaux lorsqu’un tambour bat un peu plus fort. On a passé des heures assis sur les marches du lac, à essayer de se faire presque invisibles pour observer au mieux cette profusion de vie, sans déranger. Un bel orage (inhabituel pour la saison) nous a en plus donné des lumières magnifiques !

P1060099P1060120 P1060121 P1060134 IMG_4610 P1060154 IMG_4667 P1060201 P1060143 P1060159 P1060171Nous logions dans une adorable guest house, tenu par un canadien francophone qui vit ici depuis 40 ans ! Discussions géniales, personnage pas commun avec une vie haute en couleurs, avec qui il est très agréable de passer du temps. Marc possède également des chevaux (entre divers chiens, perruches et veaux !), nous avons donc monté nos destriers pendant 1h30 au milieu de la campagne rajasthani : à faire !

P1060064 P1060074 P1060065 P1060205 P1060228 P1060212C’est écrit dans tous les guides, mais j’ai tout de même vu plusieurs touristes se faire avoir donc je rajoute une petite mention ici : ne jamais accepter de fleurs de la part de quiconque, ne jamais suivre de sois disant prêtre autour du lac, ne jamais donner d’argent à ces sois disant prêtes, ne jamais se laisser embarquer sans un simili cérémonial. Les gaths sont libres d’accès à tous du moment que vous êtes déchaussés et respectueux, soyez très ferme et envoyez les balader dès le début et n’écoutez pas un mot de leur baratin. Voilà, c’est dit !