Allepey et Varkala, Kerala, Mars 2015

On continue notre voyage Keralais avec une halte à Allepey ! Nous avons directement pris un bateau à l’arrivée et sommes parties en train juste après le retour de notre deuxième petite croisière, autant vous dire que nous n’avons rien vu de la ville. Ceci dit, le lieu est éminemment touristique, la moitié (au bas mot) des activités sont des attrapes touristes et rares sont les échanges sincères.. Je ne conseillerai pas de s’y attarder plus que nécessaire et je déconseille de prendre un petit bateau pour quelques heures au hasard, faites vous recommander, le nôtre était pas très cher mais une arnaque complète !

Concernant notre croisière sur le houseboat, la prestation n’étant pas incroyable je ne vous donne pas les coordonnées, mais les paysages fabuleux compensent tous les désagréments ! Nous avions choisi de partager notre croisière pour diminuer le prix et par chance nous sommes tombé sur un groupe vraiment sympa ! Nous avons choisi l’option avec une seule nuit sur le bateau, je pense que rester plus longtemps permet de s’éloigner des canaux battus, si vous avez le temps préférez cette option. Si comme nous, vous êtes un peu limités dans le temps et le budget, passer une seule nuit sur le bateau vaut quand même vraiment le coup. Notre bateau était équipé de sièges suspendus : il était très agréable de regarder le paysage défiler, tranquillement installés, un chai ou un jus de citron frais à la main. Certains prenaient des photos, faisaient la siestes, dessinaient, lisaient : ambiance très paisible et reposante, nous nous rassemblions tous pour apprécier les bons repas et gouters cuisinés à bord. Le courant est bien passé dans le groupe et nous avons passé une très bon moment !

P1050901P1050854 P1050824 P1050885 P1050894 P1050898 P1050923 P1050928 P1050902 P1050908Le lendemain retour à la case départ, nous voulions prolonger l’expérience en partant à la découverte de plus petits canaux mais comme je le disais plus haut on s’est fait rouler ! Pas de petits canaux donc ! Plutôt agacés, nous avons attrapés un train au dernier moment, direction la plage de Varkala !

J’ai assez peu de photos de Varkala étant donné que nous y sommes seulement resté un jour plein et que avons passé le plus clair de notre temps dans le hamac, sur la plage ou au resto ! Très (trop ?) touristique, le lieu est quand même beau, on y mange bien, de grandes possibilités de shopping pour ceux que ça intéresse, on peut y prendre des cours de surf, louer un body board. Une fin de vacances à la cool qui nous a fait un grand bien !

P1050943 IMG_4429 P1050942 IMG_4432 IMG_4433

Publicités

Thekkadi, Kerala, Mars 2015

Le voyage pour Thekkadi avait plutôt mal commencé.. Notre gérant de guesthouse nous informe que le premier bus part à 6h du matin depuis l’arrêt qui est juste en face de la guesthouse, parfait ! Naïve, je me disais qu’il était impossible que le premier bus de la journée ait du retard, après presque un an à avoir vécu au Bangladesh et en Inde ma foi crédule concernant certains sujets fait un peu de peine ! Nous partons donc à 6h45 après avoir attendu presque une heure dans le froid, l’évolution de ma bonne humeur étant inversement proportionnelle à celle du soleil (dans mon carnet de bord j’ai noté : « il fait un froid de canard, à l’image de l’ambiance ! c’est vous dire !). La lumière du levant sur les champs de thé aura rapidement raison de ma bougonerie : le spectacle est magnifique !

Nous avons beaucoup fait de bus pendant ce séjour, mais à aucun moment cela ne nous a posé problème : les paysages et les scènes de vie sont toujours passionnants, pas de fenêtre : le visage au vent, des coucous très fréquents aux écoliers sur le chemin de l’école, des rencontres insolites (notamment une bonne sœur et une jeune fille très curieuse !), quelques siestes et gouters avec des fruits locaux; et un étonnement toujours renouvelé : mais comment ça se fait qu’il n’y ait pas plus d’accidents ?!

Après un bon déjeuner où nous faisons la charmante rencontre de deux retraités qui font le tour de l’Inde du Sud en tandem, il est temps d’aller faire la rencontre des éléphants !

Nous faisons une ballade d’environ une heure, puis nous aidons le cornac à rafraichir l’éléphant dans un bassin d’eau. L’éléphant est allongé sur le flanc et est encore plus impressionnant que debout, sa peau est vraiment dure et c’est un moment magique que d’avoir les pieds dans l’eau en train de laver cet éléphant ! Vient ensuite la douche : le cornac nous propose de monter sur l’éléphant qui s’est mis sur le ventre. J’ai un peu de mal à escalader l’éléphant et à ensuite marcher à quatre pattes sur son dos jusqu’à atteindre son cou ! Ensuite l’éléphant rempli sa trompe d’eau et nous asperge d’au moins 10 litres d’eau bien fraiche ! Un moment magique ! C’est un sentiment très agréable que d’être assis sans selle sur cet éléphant et d’avoir un contact plus direct avec celui ci.

P1050691 P1050730 P1050750 P1050737 P1050754 P1050770 P1050784 P1050797
Bien évidemment nous avons conscience du potentiel d’exploitation de ces animaux, nous avions choisi un centre recommandé par le routard mais malgré le sentiment génial d’évoluer si près de ces animaux incroyables je crois que c’est la dernière fois que je fais ce genre d’activité. Les conditions d’entretiens et du bien être de ces animaux sont trop floues et me mettent trop mal à l’aise pour que je continue à faire fonctionner et cautionner un tel système.

Suite à cette après midi bien remplie, nous passons le reste de la journée à boire des lime & soda et à manger des lasagnes à la cool au Coffee Garden qui jouxte un très beau champs de caféier en fleur !

Le lendemain nous avons rendez vous à 7h pour explorer à pied et à radeau le parc national. Honnêtement pour y voir beaucoup d’animaux il faut être au cœur du parc à l’aube, ce qui est possible uniquement en dormant à l’intérieur en tentes, ce genre d’expédition a lieu quelques fois par mois, aussi renseignez vous en amont si vous voulez opter pour cette solution. Nous avons quand même vu des éléphants sauvages à la toute fin de la journée, ainsi que moultes oiseaux, des loutres, des singes et des mangoustes !Thekkady est une plus jolie étape que ne le laisse penser la lecture de nos guides, nous ne regrettons pas ce petit détour.

P1050818 P1050822 P1050803 P1050801

Kochi et Munnar, Kerala, Mars 2015

Après 15 jours de vacances bien chouettes dans le Rajasthan, nous avons repris un avion direction Kochi, (anciennement Cochin). Dès la descente de l’aéroport et dans le bus qui nous transporte dans le centre ville historique, nous comprenons que nous sommes dans le sud : moiteur un peu étouffante, cocotiers omniprésents, végétation luxuriante, stand de fruits débordant de fruits exotiques tout frais. Le Kerala est un état communiste et nous voyons le drapeau rouge flotter partout, quand il n’est pas peint sur les murs !

Nous ne nous sommes pas attardé dans la ville où nous avons passé moins de 24h, le coup de coeur n’a pas été au rendez vous, mais nous sommes resté dans le très touristique Fort Kochi, probablement que les alentours valent le détour. On s’est promené sur le front de mer pour voir les filets chinois (entre deux bouteilles en plastique), nous avons visité l’église et découvert les petites rues bordées de jolies maisons et de cocotiers. Les lasagnes y étaient particulièrement bonnes, pour les spécialités du sud : on repassera !

P1050465 P1050473 P1050486 P1050492 P1050496On se couche tôt pour prendre le bus de 8h direction Munnar et ses plantations de thé. Le plus aura finalement d’une heure de retard (le premier retard d’une longue série !). Après avoir traversé une véritable petite jungle, l’arrivée au milieu des champs de thé est magnifique, le climat d’altitude est vraiment agréable car beaucoup moins moite (1 600 m). Le dénivelé fait considérablement ralentir le bus et nous ferons les 50 derniers kilomètres en 2 heures ! Il n’y a pas grand chose à faire à Munnar si ce n’est se promener pendant des heures dans les plantations de thé ! Ces champs s’étalent à perte de vue, le dénivelé est impressionnant, les panoramas magnifiques, il parait également qu’il y a environ un millier d’éléphants sauvages qui évoluent dans ces plantations. Nous avons pris beaucoup de plaisir à se perdre au milieu du dédales de chemin qui parcourent les champs de thé, les couleurs sont magnifiques, et s’est au milieu des champs qu’on mesure leur étendue !

Ce sont les britanniques qui plantèrent le thé à la fin du 19ème siècle et l’exploitèrent avec leur entreprise Tetley. Au début des années 2000,  l’indien Tata Tea Ltd. rachetait le britannique Tetley Tea Company pour 450 millions de dollars : à l’époque le plus gros montant jamais payé par une entreprise indienne pour une acquisition à l’étranger. Suite à cette transaction, Tata vendit 17 plantations sur 25 à ses propres salariés. Tata Tea continue de jouer un rôle social actif à Munnar malgré ce désengagement partiel : elle subventionne un certain nombre de services sociaux et d’avantages pour les salariés de Tata mais également de la coopérative, notamment des logements gratuits pour les travailleurs des plantations, une école privée, un centre éducatif pour enfants handicapés et jeunes adultes et l’hôpital général Tata de Munnar, récemment rénové.

Mes collègues indiens m’ont confirmés que le conglomérat Tata renvoie une image très positive aux Indiens : ils respectent leurs employés, les lois, tiennent toujours leurs promesses, ne trempent jamais dans la corruption.

P1050542 P1050572 P1050584 P1050655 P1050629 P1050585 P1050611 P1050636Le soir nous assistons à un spectacle de Kalarippayatt : art martial keralais antique, sorte de combat chorégraphié très impressionnant tant l’agilité, la force physique et la souplesse des pratiquants est poussée à un niveau élevé. (peu de photos car elles étaient toutes floues, en raison du manque de lumière et de la rapidité des garçons !)

IMG_4394 IMG_4393

Source : http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=EMR_137_0093